S’LOVE’NIE – Le paradis trouvé

cropped-DSC008122.jpg

Imaginez un pays grand comme deux départements français qui, malgré sa fascinante beauté et la qualité de son accueil , reste à l’abri du tourisme de masse.
 —–
Imaginez un pays couvert sur plus de la moitié de son territoire par des forêts d’une fabuleuse diversité constituant le « cœur vert  » de l’Europe.
 —–
Imaginez un pays parcouru par d’innombrables rivières toutes plus fascinantes les unes que les autres et traversant des vallées immaculées.
 —–
Imaginez enfin un domaine halieutique où se côtoient l’ombre délicat, les majestueuses truites farios et arc en ciel, le féroce taimen ( huchon ), l’emblématique marmorata.
 —–
Alors, faites quelques centaines de kilomètres et rompez l’imaginaire.
Ce pays est à nos portes et s’appelle la Slovénie.
Il s’offre à celui qui sait le mériter, en toute sa modestie.

DSC02872

 


Je vais tenter de vous transmettre, par ce petit reportage, l’exaltation qui a été mienne à chacun de mes voyages dans ce pays si attachant.
J’espère secrètement que ce vibrant hommage rendu à l’halieutisme en Slovénie contribuera à faire de l’ombre ( slovène 😉 ) à certains propos indélicats tenus par des personnes qui n’ont pas su, et ça n’engage que moi, faire preuve de discernement et d’objectivité. A ce sujet, et avant toutes choses, je tiens à exprimer quelques opinions toutes personnelles.

Pour la question financière : Le permis, pour une journée de pêche en Slovénie, coûte entre 50 et 60 €. Certains diront que c’est prohibitif. Personnellement, je pense que ce prix est largement en rapport avec le plaisir que procure chacune de ces journées, en intégrant bien entendu l’environnement idyllique décrit tout au long de ce sujet.

Vis à vis des prétendus « bassinages »: Là, c’est le gros coup de gueule ! On peut lire tout et n’importe quoi à ce sujet et je pose une question à tous ceux qui ont prétendu avoir assisté à des déversements de camions entiers de truites arc en ciel de façon anarchique dans les rivières Slovènes. Si tel était le cas, n’aurions nous pas été inondé de photos prouvant de telles pratiques ? Idem pour les déversements de granulés depuis les ponts. Toutes ces affirmations sont fausses. Bien sur que les alevinages existent et d’ailleurs, les gestionnaires ne s’en cachent pas. Ils sont réalisés dans des conditions exemplaires à partir de jeunes sujets qui grandiront dans la rivière. Les poissons dépassant 60 cm ne sont pas rares. Ce sont de superbes salmonidés, en excellente santé. Beaucoup d’entre eux sont nés et ont grandi dans des rivières puissantes, leur conférant une combativité stupéfiante. Ils vous mettront au backing en quelques secondes si vous n’avez pas la bonne idée de leur courir derrière, sur la berge.

Au sujet de l’éventuelle disparition des ombres : là, c’est plus le coup de gueule mais la franche rigolade. Je suis un pêcheur moyen et, sur certaines rivières ( Sora, Sava Bohinjka, entre autres ), j’ai eu le plaisir d’embrasser thymallus à maintes reprises et les baisers sur les sujets de 40 cm et plus ne sont pas rares. Je rassure donc ceux qui pensent et prétendent que l’ombre est en voie de disparition en Slovénie. Peut-être n’ont-ils pas la bonne mouche 😉

DSC02933DSC03021


Ceci étant dit, et avant de vous présenter mon petit reportage photo, je ne pouvais pas, non plus, passer sous silence ceux qui m’ont permis de découvrir dans les meilleures conditions possibles la pêche en Slovénie. Il s’agit de Cathy et Eric Saez, d’abord hôtes et guide, et maintenant amis. Je les remercie de m’avoir accueilli avec autant de chaleur à la « cabane du pêcheur » pour me permettre de savourer tous ces moments qui font partie des plus belles pages de ma vie de pêcheur à la mouche.
639c
 DSC03002

Enfin, des affectueuses pensées pour ceux qui m’ont accompagné pendant tout ou partie de ces 4 fabuleux séjours, en la personne de mon fils et mon frère. J’éprouve l’immense plaisir de leur avoir transmis mon inestimable virus et je les remercie, par leur présence, d’avoir contribué à l’atteinte d’une sorte de bonheur absolu.

Reportage de 4 voyages de pêche en Slovénie,
entre 2012 et 2015 dans la région de Tolmin.

 
La rivière emblématique de cette région est sans conteste la SOCA.
Sa source se situe dans la vallée de Trenta ( Alpes Juliennes ) à 1100 m d’altitude. Longue de 136 kms, elle traverse le parc national du Triglav puis les petites villes de Bovec, Kobarid, Tolmin, Most Na Soci, Nova Gorika, pour enfin se jeter dans la mer adriatique après avoir été re-baptisée Isonzo.
Lorsque je l’ai découvert pour la première fois, j’ai eu le souffle coupé. La « beauté d’émeraude » ( tel est  son surnom ) est fascinante et provoque instantanément un certain repos de l’âme.
Dans sa partie basse, elles est parsemée d’immenses radiers d’un blanc pur. Sur ces radiers, l’eau, profonde de quelques centimètres est tellement translucide qu’elle devient invisible.
A l’endroit même où ont été tournées plusieurs scènes du monde de Narnia 2, j’ai le souvenir d’un coup du soir pendant lequel je pouvais distinguer nettement les groupes d’ombres collés au fond par plus de 2 mètres d’eau. Seule une dérive correcte me permettait de les voir monter à la surface pour cueillir lentement et délicatement mon éphémère. Ces instants magiques resteront à jamais gravés dans ma mémoire.

DSC02861

DSC02915

La beauté d’émeraude.

DSC02158

DSC02911

Ivres de grands espaces …

DSC00812


A peine remis de nos émotions, la haute SOCA formée d’une succession de gorges, petits radiers et lisses possède indiscutablement les même gènes de perfection que sa grande soeur….

DSC02140

… dans lesquels ce bijou de 80 cm est doué d’une tel mimétisme qu’il peut rester invisible à quelques mètres du pêcheur.

 

IMG_5472

L’intense bonheur de la graciation, sublimé par David.20150630_170716

 

 

 

La brume tombe sur la haute SOCA, nous offrant un spectacle féerique.

20150703_182646


La vallée de la SOCA, c’est un peu comme une symphonie ( pastorale ) parfaite. Aucune fausse note et aucun tributaire qui n’échappe à cet état de grâce.

Ici, la LEPENA, un petit affluent d’une dizaine de kilomètres.

DSC_0900


Emblématique la SOCA, mais sans doute me pardonnera t-elle si je vous avoue que l’élue de mon coeur est la rivière IDRIJCA, quand elle atteint sa plénitude. Elle coule majestueusement sur 60 kms, depuis sa source située prés de Vojsko, pour se jeter dans la rivière SOCA, à Most Na Soci.

Sans doute tient elle son charme indéfinissable à sa couleur indéfinissable, oscillant parmi « 50 nuances de verts » et à cette succession ininterrompue de féeriques radiers dans lesquelles les plus beaux poissons sont permis.

Bonnes filles, les arcs de l’Idrijca ?
Notre premier coup du soir s’annonçait pourtant bien prometteur. De très beaux gobages affriolants venaient régulièrement interrompre la quiétude du miroir cristallin offert à nos yeux.
Les plus alléchantes mouches de nos boites y sont passées; rien n’y fit, ou presque.
Peut-être aurait-il fallu descendre en pointe de 8, mais face à ces boules de muscles de 50 cm et plus, nos fils ténus auraient été bien dérisoires.
Ce soir, nous n’aurons pas percé la grande énigme de la pêche à la mouche, mais qu’importe …
DSC_0856

Un magnifique coup de ligne de mon fils David.

DSC_0865

Mon frère Philippe, en coup du soir sur l’IDRIJCA. Le temps s’arrête, et au milieu coule la rivière …

DSC_0927

Sur la haute IDRIJCA, quel bonheur de dérouler des arabesques dans un tel environnement !

20150630_115834

Une magnifique truite marmorata de l’IDRIJCA, prise à la nuit par David.

Elle rejoindra bien vite la rivière.

Capture d’écran 2015-07-12 à 22.47.02


Il est un affluent de l’IDRIJCA dont le nom à lui seul chante comme l’eau sur une plage de galets.

La petite rivière TREBUSCICA, invite le pêcheur à la rêverie par une succession d’intimes tableaux impressionnistes. On y va pour « jeter un oeil » et on y reste une après-midi, avec la douce sensation que le temps devient une notion bien désuète.

DSC_0847


Pour atteindre la petite ville de Bohijska Bistrica, traversée par la rivière SAVA BONHINJKA, il existe un fabuleux moyen de locomotion dont le charme pittoresque comblera tous les pêcheurs « contemplatifs ».

Cette ville est en effet desservie depuis Most Na Soci par un train d’une autre époque. Le voyage se fera dans votre propre véhicule rangé à l’air libre sur des wagons plateaux.

8030897246_0fef7991b0_zDSC02901

A peine remis de l’allégresse procurée par ce voyage d’une petite heure, il ne faut pas attendre de la SAVA BOHINJKA qu’elle vous accorde le moindre répit émotionnel.

Quel superlatif n’ai-je pas encore utilisé ? Chaque nouvelle rivière découverte est toujours aussi belle que la précédente.

Nous sommes ici au pied des Alpes Slovènes; Une rivière sans source puisqu’elle prend naissance dans l’eau du lac de Bohinj, longue seulement de 30 kms mais qui offre un concentré de beauté par une succession de gravières et de grands courants.

L’halieutisme pourrait presque en devenir secondaire …. si certaines éclosions mémorables ne ramenaient pas le pêcheur à la réalité de sa passion.

DSC_0885

Un bel ombre de plus de 40 cm est venu récompenser une dérive parfaite.

Les jours fastes, un pêcheur averti aura la chance de déposer un tendre baiser

sur le front d’une bonne vingtaine de ce merveilleux et  fantasque poisson.

. P6250403


Plus au nord, il existe une « petite » rivière dont le charme inouï et secret échappera au pêcheur pressé.

Sur, et autour de la RADOVNA, le bucolisme atteint son paroxysme dans une mesure telle que mon fils David, pourtant passionné, a préféré se promener sur les berges, canne à la main sans dérouler un cm de soie, fasciné par le spectacle offert par dame nature.

C’est la rivière de la jubilation ….

DSCN2451

….. que l’on aspire à prospecter avec une petite canne de 7 – soie naturelle de 3.

Dans une après-midi, une quarantaine de petites farios de 20 à 30 cm n’ont eu de cesse de m’éblouir par la beauté de leurs robes, toutes dignes de l’oeuvre d’un grand maître.DSC02972

La petite fario que je viens de relâcher s’est immédiatement réfugiée entre mes chaussures de wading. Sans doute se sait-elle en sécurité.

Elle y restera de longues minutes. Instants magiques s’il en est.

Vous noterez la transparente de l’eau, invisible.

DSC02975


Les 5 ou 6 rivières que je vous ai présenté sont une petite partie du potentiel halieutique inouï de cette région. A celles-ci, pourraient s’ajouter les SORA, BACA, SAVA, TOLMINKA, UNEC et bien d’autres. Une trentaine de rivières réparties dans une région équivalente à … deux départements français, me croirez-vous quand je vous parle de paradis trouvé ?


La pêche en Slovénie, et tous les fabuleux paysages qui m’ont comblé, ont été entrecoupés de moments chaleureux, où se sont mélangés l’amitié, la convivialité … et les divins petits plats de Cathy et Vlasta, agrémentés de vins « gouleyants » dont Branko, le maître des lieux, à le secret.

Chez Vlasta et Branko Gasparin, à la villa Noblesa, qui respire l’amitié et la pêche de la cave au plafond.DSC_0907


P6250415DSC_0922DSC02221


 

DSCN2462DSCN239120150703_142831


Et un clin d’oeil tout particulier aux fameuses « branko killer »

DSC02910


 

… et enfin une pensée pour ma chère et tendre qui me donne tous ces bons de sortie afin de me permettre de vivre intensément ma passion.

DSC02878


35 réflexions sur “S’LOVE’NIE – Le paradis trouvé

  1. Emouvant. On partage tes sentiments, ta sensibilité, cet état de grâce…merveilleux reportage où on se prend d’amour pour ces poissons exceptionnels … et d’admiration pour ces paysages …

    J'aime

  2. Magnifique !!!
    J’ai de plus de plus en plus envie de m’y rendre.
    Cela ressemble bien à ce que décrit René Falet dans « Les pieds dans l’eau « .
    Merci pour pour les informations et les photos splendides.

    J'aime

  3. Cela faisait longtemps que je n’avais pas lu un article aussi bien écrit et agréable à lire et à regarder !

    Tu devrais demander une subvention pour ton prochain voyage au bureau de la pêche de Tolmin parce que grâce à ton reportage, la fréquentation halieutique va exploser ! 🙂

    D’ailleurs, tu ne parles pas de la promiscuité éventuelle entre pêcheurs, parce que je pense que la région doit être très pêchée quand même ?

    J'aime

    1. Merci à tous pour vos élogieux commentaires et merci également à gobages de me permettre de partager ces intenses moments.
      Pour Fanfouet : c’est un fait paradoxal mais la fréquentation est très faible, toutes proportions gardées.
      Un calcul rapide permet de le démontrer : il y a dans la région de Tolmin une trentaine de rivières de 1er ordre, d’une longueur moyenne de … mettons 40 kms. Cela fait un total de 1200 kms ce qui explique que, dans une semaine de pêche et pendant une période favorable, je n’ai croisé à tout casser qu’une dizaine de pêcheurs sur l’eau. Pour être franc, les baigneurs sont plus nombreux 😉

      J'aime

  4. Merci Pierrot pour ce beau récit plein d’émotions. Tu nous fais rêver avec un tel séjour.
    Je pense que tu n’es pas prêt d’oublier ton passage en Slovénie.
    Il ne reste plus qu’à y retourner pour vérifier que les rivières sont toujours aussi belles.
    Thierry

    J'aime

  5. My husband and i ended up being so comfortable when Peter managed to conclude his inquiry by way of the ideas he grabbed from your own site. It’s not at all simplistic to simply be offering guides which often the others might have been making money from. And we all recognize we have you to thank because of that. Those illustrations you made, the straightforward website navigation, the relationships you give support to promote – it’s most exceptional, and it is making our son and the family feel that that matter is thrilling, and that’s very serious. Thanks for the whole lot!
    deb dresses http://www.debshops.cc

    J'aime

  6. Bonjour Pierrot,
    Votre article est GENIAL. Je suis un petit pêcheur de truites et il y a trois ans je suis allé en Slovénie. C’est un pays très beau. Je n’ai pas eu de chance car pour ma première expérience dans ce pays j’ai vue le garde de pêche donner du pellets aux arcs depuis un pont. (C’est vrai je l’ai vue!!) Les spots de pêche sont simples, les ponts et oui c’est la que sont réalisés les lâchés de truites arc en ciel. Au bout de deux jours j’ai souhaité découvrir d’autres lieux et en remontant la rivière je suis tombé sur une cage dans laquelle il y avait des arcs de belles tailles (60cm) en attente d’être libérées pour retrouver leur état sauvage. (Surtout pour contenter les talentueux pêcheurs en nav …) Pierrot il faut être sérieux et objectif. Ne pas prendre tous les pêcheurs pour des touristes de bas étage surtout de la part d’une personne qui prétend aller régulièrement en Slovénie. Peut-être y allez vous dans des conditions différentes de nous simples touristes? C’est à ce demander si vous n’êtes pas invité par les Slovènes… Je garde un bon souvenir de mon séjour en Slovénie mais ne le compare à une pêche de poissons sauvages et techniquement difficile. Pour moi la Slovénie c’est un peu l’ouverture de la pêche pour les nuls. C’est pas grave, simplement il faut le dire.
    Merci. Je termine comme j’ai commencé. Votre article est GENIAL.
    Jeff Kuhn

    J'aime

    1. Ah, quand même !
      Ce commentaire ( le précédent ) a mis du temps à venir et je crois savoir de quelles « sphères » il émane …
      J’ai choisi de le publier dans un souci de transparence et pour attirer les curiosités mais sachez que je le trouve particulièrement déplacé.
      Peut-on se permettre de porter un jugement sur la qualité halieutique d’un pays quand on n’y a passé que quelques jours ?
      Des pellets depuis un pont, une cage, tout ceci pour alimenter plus de 1000 kms de rivières de premier ordre; Hum, ç’est amusant.
      Peut-être que cette cage existe, d’ailleurs les restaurateurs en ont tous une sous la main à proximité de leur établissement, mais de là à utiliser cette anecdote pour discréditer dans son ensemble un système halieutique complet ….
      La Slovénie, il faut l’appréhender avec beaucoup d’humilité et de modestie pour en saisir toutes les finesses et accepter que certaines de ces rivières supplantent bon nombre des nôtres qui ne sont plus que l’ombre de ce qu’elles ont été en raison d’une vraie gestion désastreuse.
      Invité par les slovènes ? Ne soyez pas hypocrite cher monsieur. Dites tout haut ce que vous pensez tout bas; je crois donc comprendre que vous imaginez que mes reportages élogieux sur la pêche en Slovénie pourraient, en quelque sorte, être rémunérés ? Il faut vraiment être machiavélique pour imaginer un tel scénario. Celui-ci ne vous honore pas vraiment !
      Par ailleurs, vous dites que la Slovénie, c’est la pêche pour les nuls ? Je vous invite à bien peser votre opinion car beaucoup de pêcheurs connus et reconnus pourraient être concernés !
      Pour les nuls peut-être ( aux innocents les mains pleines ), les contemplatifs certainement, les amoureux d’un mode de vie authentique sans doute, mais surtout pas pour les chapeaux à plume.
      Je l’ai dit dans mon reportage et je le répète : la Slovénie se mérite et échappe aux touristes halieutiques pressés !
      Enfin, je suis à votre entière disposition pour vous donner, en toute modestie, quelques conseils supplémentaires qui pourraient vous permettre de découvrir toutes ces merveilles halieutiques qui, à l’évidence, vous ont échappées en Slovénie; Dans ces conditions, je vous fiche mon billet que vous allez passer des instants mémorables dans votre vie de petit pêcheur ( c’est vous qui le dites 😉 )

      J'aime

  7. Bonjour,
    Pour être aller en Slovénie plusieurs fois il est vrais comme le dit Jeff que les alevinages sont réguliers. J’ai également vu des personnes nourrir les truites depuis un pont. Pour moi cette destination est très agréable et il faut être réaliste sur la pêche dans ce pays. Le dépaysement est assuré.

    J'aime

  8. Merci pour ton message François.
    Tu exprimes la même opinion que Jeff … mais de façon beaucoup plus … civilisée.
    Certains partent du principe qu’il est bon de blesser autrui pour se faire entendre.
    Mais ça n’est pas bien grave.
    L’avis des aboyeurs n’a jamais pesé très lourd.
    Concernant les alevinages, tu as entièrement raison et je suis le premier à en parler dans mon article.
    Mais il y a aussi beaucoup de poissons sauvages, ou qui ont grandi dans la rivière.
    Il y a aussi des coups de ligne d’anthologie sur des marmoratas de 60 et plus et des coups du soir fabuleux quand les gros ombres sont de sortie sur les sedges.
    Il y a enfin des coins reculés et sauvages que seul un initié saura te faire découvrir.
    Et puis il y a tout le reste car, en ce qui me concerne, prendre du poisson à la pêche, ça n’est vraiment pas une fin en soi.

    J'aime

  9. Bonjour,
    En Slovénie, j’ai effectué quelques séjours sur la Sava, la Kupa (frontière Croate) et une autre rivière dont j’ai oublié le nom. J’y retourne dans 2 jours (Savinja).A part sur certains secteurs de la Sava sur-alevinés en AEC, je n’ai pas connu le côté hyper-artificiel que certaines plumes prêtent à cette destination. Bien plus, pour faire taire les détracteurs d’une pêche qui serait « facile », j’avoue, malgré mes quelques décennies de PALM, m’être davantage cassé les dents sur les grosses AEC diaboliques sur le choix de la mouche que sur les ombres et farios. Le pays est superbe, les gens sympas, la largeur des rivières permet d’y pêcher en groupe sans se gêner. Bref beaucoup de positif de mon point de vue.

    J'aime

  10. Im not that much of a online reader to be honest but your blogs really nice, keep it up! I’ll go ahead and bookmark your site to come back later. All the best dafefekdkdfa

    J'aime

  11. Bonjour,

    Belle narration de voyages halieutiques.
    Au-delà du lyrisme, l’article n’élude pas le problème du rempoissonnement mais on n’y trouve pas d’arguments qui convaincraient de la « sincérité » du peuplement de ces rivières surpêchées depuis des décennies.
    Il y a 4 ans un pêcheur avait fait part de son expérience slovène :
    http://www.peches-sportives.com/011-10797-Debat-Slovenie-un-Paradis-perdu.html/
    Son article avait suscité un « débat » :
    http://www.peches-sportives.com/10905-slovenie-le-debat-vos-reactions/

    J'aime

    1. Merci pour votre commentaire. Vous l’aurez compris, mon titre a été choisi en opposition à celui de l’article « assassin » de P. Boisson. Pour en revenir à votre question, ne pensez-vous pas que c’est celui qui porte des allégations qui doit en développer les preuves ?
      Dans le 2ème lien que vous présentez, je trouve dommage que la réponse de l’institut Slovène soit presque invisible….
      http://www.peches-sportives.com/011-10903-Slovenie-paradis-perdu-la-reponse-de-l-institut-de-la-peche-slovene.html/

      J'aime

  12. Bonjour,

    Que les propos sur la qualité de la pêche en Slovénie soient assassins ou lénifiants, il ne fait pas de doute que les preuves seraient à même d’étayer une argumentation.
    La réponse du fonctionnaire slovène dont le lien a été rapporté au bas de la page de « débat » a fait l’objet d’une publication spécifique dans le même numéro de la revue.
    Quoique surprenante, cette intervention , si elle n’infirme guère – langue de bois oblige – la thèse de l’accusation, souligne surtout l’intérêt de ce petit pays pour le marché de l’halieutisme.
    C’est discutable, mais écrire : « …Avec ces plans de gestion, nous essayons de garantir une biodiversité optimale…  » ne signifie pas que le déversement de farios soit une bonne chose pour les marmorata et affirmer plus loin : « …nous ne lâchons que des truites arc-en-ciel stériles et leur nombre a diminué de 30% au cours des quatre dernières années  » ne donne aucune indication sur la taille et le tonnage du poisson déversé.

    La question, fondamentale, de la qualité des peuplements reste donc entière : Comment gérer un patrimoine piscicole dans des rivières surpêchées depuis des décennies par « les pêcheurs à la mouche venus du monde entier » sans altérer le niveau de la rente qui bénéficie au pays ?
    Comment gérer de concert patrimoine piscicole et patrimoine halieutico-touristique ?

    J'aime

    1. Ce sont de bonnes questions.
      Y apporter une réponse est toutefois difficile.
      La seule façon de se rendre compte de la situation est d’aller pêcher en Slovénie. La Soca, l’Idrijca, la Sava … sont des magnifiques rivières mais il faut surtout sortir un peu des sentiers battus. Et si je peux me permettre, vous vous trompez fondamentalement en indiquant que les rivières Slovènes sont surpêchées.
      Le patrimoine halieutique y est immense et il m’est arrivé de passer des journées entières sans croiser un seul pêcheur.
      Ensuite, comme le prétend Philippe Boisson, si des « bassinages » et « granulages » intensifs étaient pratiqués, et considérant le fait que la Slovénie compte plusieurs milliers de kilomètres de rivières de premier ordre, les routes devraient être engorgées de camions frigorifiques destinés à réaliser ces « bassinages » et « granulages ».
      Non, tout ceci n’est pas très sérieux et je ne connais pas les vrais raisons qui peuvent motiver la réputation halieutique que l’on veut donner à la Slovénie.
      Peut-être cela provient-il d’une certaine amertume quand on constate ce que sont devenues la plupart des rivières Françaises en raison d’une gestion autrement plus désastreuse et de pollutions dramatiques et récurrentes.
      Par ailleurs, s’arrêter à ces considérations me semble bien trop réducteur. Quand on doit porter un jugement sur la qualité halieutique d’une région, il y a bien d’autres facteurs qui doivent être pris en compte comme l’environnement, la qualité de l’accueil, la propreté et l’entretien des rivières.

      J'aime

  13. This is the right blog for anyone who wants to find out about this topic. You realize so much its almost hard to argue with you (not that I actually would want…HaHa). You definitely put a new spin on a topic thats been written about for years. Great stuff, just great!

    J'aime

  14. We so appreciate your website post. You will find hundreds of techniques we could put it to really good use with little or no effort with time and hard earned cash. Thank you really with regard to helping make the post give light to many questions we have experienced before now.

    J'aime

  15. What would most people do without the presence of the marvellous thoughts you discuss on this blog? Who has the persistence to deal with essential topics for the sake of common visitors like me? My spouse and i and my pals are very happy to have your web blog among the ones we often visit. It is hoped you know how very much we take pleasure in your hard work! Best wishes from us all.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s