Gabarit pour l’usinage des « spiced »

Dans la construction d’une canne en bambou refendu, il existe plusieurs méthodes pour réaliser l’assemblage des blanks entre eux.

La plus courante consiste en 2 viroles, une mâle et une femelle, réalisées pour la plupart en maillechort. Mais cette méthode présente deux inconvénients non négligeables :

  • Le poids tout d’abord, qui se situe entre 6 et 8 grammes. Cela semble assez négligeable, mais il s’ajoute à celui du bambou, déjà pénalisant.
  • La rigidité de ces viroles qui « parasite » l’action de la canne.

D’autres systèmes existent, comme les viroles en bambou, en carbone … mais selon moi, le mode d’assemblage qui ne présente aucun inconvénient est le « spliced ». Et c’est assez paradoxal car il est de loin le plus rudimentaire, et le plus ancestral. Il n’apporte aucun surpoids et n’entraine aucune « rupture » sur la courbure de la canne.

L’assemblage se fait par une ligature ou un adhésif.

Par contre, sa mise en oeuvre nécessite un outillage spécifique, que j’ai fabriqué et que je vous présente aujourd’hui.

Dans 2 pièces de bois dur ( exotique ), 2 rainures à 120 °sont usinées avec un angle de 2,5 ° par rapport à la face supérieure.

IMG_20200411_191239.jpg

Les 2 pièces de bois sont jumelées par 4 goupilles en aluminium. Elles sont réglables entre elles par 4 vis ( 2 qui poussent et 2 qui tirent ). Une semelle en aluminium protège l’outillage lors de l’usinage.

IMG_20200411_192413.jpg

IMG_20200411_192425.jpg

Le blank qui doit être taillé est inséré entre les 2 rainures à 120 °, et il ne reste plus qu’à raboter tout ce qui dépasse de l’outillage.

IMG_20200411_192948.jpg

IMG_20200411_193106.jpg

Enfin, une petite vidéo ( en anglais … ) qui illustre bien le principe d’assemblage :

Laisser un commentaire